Rendez-nous visite : Sremskih Boraca 2E, Beograd, Zemun - Serbie

Les hépatites B et C – Accompagnent souvent les maladies de dépendance

Hépatites B et C

octobre 8, 2019

Les hépatites B et C sont des maladies inflammatoires du foie. Elles peuvent être provoquées par des facteurs extérieurs ou par les processus immunitaires et métaboliques, et se transmettent par la pénétration à travers la peau et des muqueuses.
Les Hépatites B et C se développent sous deux formes.

Une hépatite aigue se traite uniquement de façon symptomatique, par des perfusions, des  vitamines et une alimentation adéquate.

À la différence de celle-ci, la forme chronique indique que le virus est présent dans l’organisme depuis au moins 6 mois. Dans 7% des cas l’hépatite aigue se transforme en hépatite chronique. Dans le cas où le virus est transmis par la mère au nouveau né, l’hépatite se développe toujours sous forme chronique. Alors que l’hépatite C devient chronique chez 80% des patients, menant souvent à une cirrhose ou à un cancer du foie. Selon les données statistiques plus de 2 milliards de personnes dans le monde souffre d’hépatite B ou C. Malheureusement, environ un million de personne en meurt chaque année. Ainsi, ces maladies sont considérées, à juste titre, comme un problème de santé majeur.

On estime que l’hépatite B et C existaient déjà à l’âge de bronze

Des restes mortuaires datant de 4.500 ans sur lesquels on a confirmé la présence du virus ont été découverts dans des sites archéologiques. Ce qui réfute l’idée selon laquelle les hépatites B et C sont apparus au Nouveau Monde et se sont propagés à travers l’Europe au cours du XVIe siècle.
La première mention d’une épidémie causée par le virus de l’hépatite a été donnée par Lurman en 1885. Il a noté que près de 200 employés en chantier naval ont contracté l’ictère et le virus après avoir reçu leur vaccins contre la rougeole, qui contenait le lymphome d’autre employés.
Cependant, ce n’est qu’en 1966 que le généticien américain Baruch Blumberg a officiellement isolé l’hépatite B. Dix ans plus tard, Harvey J. Alter, chef du service des maladies infectieuses du département de la médecine transfusionnelle à l’Institut National de la Santé américain (NIH) a confirmé l’existence de l’hépatite C. Ce qui constituait la base pour les méthodes de dépistage et pour déterminer la cause de la maladie.

La différence entre l’hépatite B et C

Bien que les hépatites B et C appartiennent au même groupe, en réalité elles sont causées par des virus différents. Elles peuvent ainsi se manifester par différents symptômes.
L’hépatite B est causé par le virus du même nom. Les symptômes caractéristiques sont des douleurs abdominales et articulaires, une urine foncée, de la fièvre et un sentiment de faiblesse.

Hepatitis B i C
L’hépatite C  est une inflammation du foie causé par le virus de l’hépatite de type C. Durant la première phase, la maladie ne montre aucun signe de présence. C’est pourquoi plus de la moitié des personnes infectées ignore la présence du virus dans leur corps. Il se manifeste sous la forme de fatigue chronique, d’ictère, de perte d’appétit, de rétention de liquide dans le bas-ventre, et de démangeaisons au niveau de la peau. Des saignements fréquents et des ecchymoses sont également des symptômes de l’hépatite C.

L’hépatite B et C sont liées à la dépendance à l’héroïne et à la cocaïne

Sous l’influence de substances psychoactives la capacité de jugement est altérée et la personne est sujette à des rapports sexuels à risques. Ce qui représente un grand risque de contraction de maladies infectieuses, notamment des hépatites B et C.
Étant donné qu’il s’agit d’un virus résistant, qui peut survivre plus de 6 semaines sur des surfaces sèches, le risque est accru chez les consommateurs de drogues par voie intraveineuses.
Ainsi, l’utilisation commune ou répétée d’aiguilles et seringues entraîne le plus souvent la propagation du virus. Même le contact avec la plus petite quantité de sang infecté, presque invisible, peut toujours être transmis par le toucher du matériel d’injection pour l’usage de narcotique par voie intraveineuse. Par conséquent, les probabilités de transmissions de l’infection sont accrues.
Le fait que 80% de personnes ayant des problèmes de dépendance souffrent d’une forme d’hépatite constitue une menace sérieuse pour la santé. C’est exactement pourquoi à la clinique Dr Vorobjev le traitement de la dépendance à l’héroïne, à la cocaïne et à l’alcool comprend également le traitement de ce virus.

Les méthodes modernes de traitement des hépatites B et C

Le traitement de la dépendance à l’héroïne, ainsi que le traitement de la dépendance à l’alcool à la clinique Dr Vorobjev commencent par un diagnostic, aussi appelé évaluation d’état physique et psychologique du patient. Outre les analyses générales de sangs et d’urine, des tests de dépistage des hépatites B et C ainsi que du VIH sont également effectués.
Si une maladie du foie est identifiée, les méthodes régénératives, adéquates sont appliquées.

Hepatitis B i C
La plasmaphérèse est une détoxification complètement indolore. En plus de la purification maximale du sang des substances nocives, cette méthode stimule la production de nouvelles cellules, plus jeunes. Elle renforce également le système immunitaire, afin que le corps soit mieux préparé à faire face aux problèmes secondaires de la dépendance, notamment l’hépatite.

Le traitement oxyven, appartient également à la catégorie de détoxification naturelle. Basé sur l’utilisation de légère doses d’oxygène afin de stimuler le flux sanguin et de stimuler la production d’hormone antithrombotique, la Prostacycline. Ce traitement donne ainsi d’excellents résultats dans le renforcement de l’immunité, dans la cicatrisation des plaies, dans le rétablissement des nerfs périphériques, mais aussi dans la régénération du foie endommagé par les effets du virus ou de stupéfiants.

La thérapie hépatométabolique est une méthode régénérative spécifique axée exclusivement à la régénération du foie et au rétablissement de ses fonctions. Elle comprend tout d’abord, un traitement antiviral qui empêche la propagation de la maladie. Ensuite une combinaison de méthodes hépatoprotectrices, métaboliques et régénératives qui ont pour objectif la détoxification et la protection du foie. Cela évite de nouvelles complications et la régénération des organes est plus rapide.

Le traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme à la clinique Dr Vorobjev est réalisé dans des conditions strictement contrôlées et sous la surveillance constante de médecins spécialistes et de psychiatres de renommé mondiale. Chaque étape, même le traitement des hépatites est adapté de façon individuelle à chaque patient et adaptée à son état et au type de virus.
Prendre soin des patients est une priorité  à la clinique Dr Vorobjev. L’attention et l’approche particulière sont reconnues par des personnes du monde entier, qui nous confient leur combat contre la dépendance. Ce qui prouve que c’est bien  la meilleure clinique pour le traitement de la toxicomanie.

Publié le octobre 8, 2019
équipe de la clinique du Dr Vorobjev

Partage social:
Previous ArticleNext Article

5 Comments

  1. L’ hepatite D est provoquee par le virus de l’hepatite D. Ce virus ne se replique qu’en presence du virus de l’hepatite B, c’est pourquoi l’hepatite D ne peut survenir que simultanement a une hepatite B ou chez une personne qui est deja porteuse du virus de l’hepatite B. C’est la moins frequente, mais la plus severe des hepatites virales chroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Call Now Button