Rendez-nous visite : Sremskih Boraca 2E, Beograd, Zemun - Serbie
razmak dr vorobjev

janvier 18, 2021

L’héroïne est une drogue illicite,  connue pour son caractère addictif entraînant une spirale infernale chez les toxicomanes qui ne reçoivent pas d’aide. C’est un médicament opioïde, il appartient donc à la même classe que des médicaments comme l’opium et la morphine. Il a été créé après l’opium et la morphine. Même si l’intention de sa création était médicale, l’héroïne est devenue une drogue addictive sujette aux abus.

Non seulement le potentiel addictif de l’héroïne est très élevé, mais elle présente également un éventail de problèmes de santé graves qui la rendent très dangereuse. Même utilisée pendant des périodes relativement courtes, elle peut avoir de graves conséquences.

Cet article vous expliquera ce que vous devez savoir sur la dépendance à l’héroïne et ses effets sur la santé. Il vous informera également sur le traitement de la dépendance à l’héroïne et de la désintoxication à l’héroïne.

Qu’est-ce que l’addiction à l’héroïne?

La dépendance à l’héroïne est une dépendance physique et / ou psychologique à l’héroïne. L’héroïne est une substance hautement addictive, ce qui en fait un problème grave pour les personnes qui en consomment ne serait-ce que quelques fois.

Une infographie montrant des informations sur l'héroïne, son origine et ses formes.

Un toxicomane a du mal à arrêter du fait des envies de consommer et des symptômes de sevrage qui apparaissent lorsqu’il arrête de prendre de l’héroïne. Les toxicomanes qui essaient d’arrêter de consommer ont une forte tendance à rechuter à cause de cela. Pour beaucoup, la seule solution pour le traitement de l’abus d’héroïne consiste à se faire accompagner par un centre de traitement de l’héroïne.

Quels sont les symptômes et signes de l’addiction à l’héroïne ?

Certains signes et symptômes révélateurs de la dépendance à l’héroïne peuvent être observés chez une personne sujette à une addiction. Un grand nombre de ceux-ci concernent les effets de la drogue sur le corps ou les effets secondaires de l’utilisation par des voies d’administration particulières. Ceux-ci incluent les signes physiques suivants de dépendance à l’héroïne :

  • Pupilles rétrécies ou dilatées 
  • Nausée
  • Vomissement
  • Démangeaison
  • Ralentissement de la respiration
  • Rougeurs cutanées
  • Confusion
  • Endormissement soudain
  • Constipation 

Il peut également y avoir des changements notables dans la vie quotidienne et le comportement du toxicomane. Cela est dû à la façon dont le besoin fréquent de consommer cette drogue affecte leurs responsabilités et leurs relations. Ceux-ci comprennent les éléments suivants :

  • Changements de vêtements, comme porter des vêtements plus longs pour masquer les traces
  • Changements d’hygiène personnelle
  • Retrait social et isolement
  • Demandes d’argent constantes
  • Changements d’humeur et de comportement
  • Perte de poids et négligence de la nutrition

Obtenez une consultation en ligne gratuite pour apprendre à gérer ces symptômes chez vous ou votre proche >>>

Quelles sont les causes de l’addiction à l’héroïne ?

La dépendance à l’héroïne provient de l’action de la dopamine sur le cerveau. L’héroïne est un opioïde et comme les médicaments de sa classe, elle se lie à certains récepteurs du cerveau pour provoquer la libération du neurotransmetteur de dopamine qui conduit à l’euphorie. C’est ce qui donne à la drogue l’effet que les toxicomanes désirent.

Cependant, à mesure que cette consommation se poursuit, le cerveau n’est plus capable de produire autant de dopamine qu’il le pouvait auparavant par lui-même. Il requiert la consommation de cette drogue pour atteindre des niveaux de neurotransmetteur similaires à ce qu’il produisait auparavant. À mesure qu’un toxicomane continue d’abuser de la drogue, la tolérance s’installe, ce qui signifie qu’il doit consommer des doses plus élevées pour obtenir la même sensation.

La dépendance à l’héroïne peut s’installer chez toute personne qui en consomme. Cependant, certains facteurs augmentent le risque de dépendance chez une personne. Ceux-ci incluent :

  • Prédisposition génétique à la dépendance, qui peut être évaluée à travers des antécédents de dépendance chez n’importe quel parent
  • Épisodes antérieurs de dépression ou d’anxiété
  • Antécédents de toxicomanie ou de consommation de drogue
  • Chômage
  • Exposition à des environnements où la consommation de drogues est omniprésent

Quels sont les effets de la consommation d’héroïne ?

La consommation fréquente d’héroïne a des effets néfastes sur le corps. Ces effets secondaires soulignent le danger de dépendance à cette drogue car beaucoup d’entre eux sont graves. Ces effets secondaires peuvent être des effets secondaires à court ou à long terme.

Effets à court terme de la consommation d’héroïne

Il n’est pas nécessaire que l’abus d’héroïne dure longtemps avant qu’il ne commence à présenter un danger. Voici quelques-uns des effets négatifs pouvant résulter de la consommation d’héroïne :

  • Ralentissement de la respiration
  • Fréquence cardiaque réduite
  • Diminution de la fonction cérébrale, également connue sous le nom de brouillard mental
  • Nausée
  • Vomissement
  • Somnolence
  • Faiblesse musculaire et fatigue
  • Démangeaison
  • Perte d’appétit

Effets à long terme de la consommation d’héroïne

Les effets secondaires à long terme de l’abus d’héroïne découlent des effets toxiques de l’héroïne au fil des années. Ils peuvent également être liés aux façons par lesquelles le toxicomane les administre et aux dangers qui y sont associés. Ceux-ci incluent :

  • Système nerveux central :
  • Cardiovasculaire :
    • Infection de la muqueuse cardiaque et des valves
    • Formation de caillots sanguins à l’intérieur des vaisseaux
    • Infection des vaisseaux sanguins
  • Maladies infectieuses :
    • Hépatite B et C
    • VIH
    • Pneumonie
    • Tuberculose
  • Gastro-intestinal:

Le partage de matériel de drogue par voie intraveineuse avec d’autres toxicomanes peut entraîner des maladies infectieuses. Celles-ci incluent le VIH et l’hépatite. Ces maladies peuvent entraîner des complications telles que le cancer ou une défaillance d’organe, qui finissent par causer la mort. Cela montre combien il est important de suivre un traitement contre l’héroïne avant qu’il ne soit trop tard.

Aide pour la dépendance à l’héroïne et traitement

Étant l’une des substances les plus addictives qui soient, se débarrasser d’une dépendance à l’héroïne sans aide est presque impossible. Plusieurs fois, les symptômes de sevrage et les envies rendent trop difficile le fait de rester à l’écart du médicament.

Un héroïnomane se prépare à abuser d'héroïne alors qu'il sait qu'il a besoin d'un traitement.

Heureusement, des programmes professionnels de traitement de la dépendance à l’héroïne sont disponibles pour fournir un accompagnement de qualité aux toxicomanes. Un programme de traitement commence par la désintoxication, qui est la partie au cours de laquelle l’héroïne doit être purgée du corps. C’est durant cette étape que les symptômes de sevrage sont les plus sévères. Des médicaments sont utilisés pour éliminer l’inconfort du patient pendant cette période. Le taux de réussite de la guérison de la dépendance à l’héroïne est beaucoup plus élevé dans les programmes de réadaptation à l’héroïne que dans la lutte contre la dépendance seule.

Selon la gravité de la dépendance, la durée du traitement sera différente. Par exemple, le rétablissement peut nécessiter un programme de traitement à l’héroïne de 7 jours. Cependant, pour les cas de toxicomanie plus graves, les toxicomanes peuvent avoir besoin d’un programme de traitement de 14 jours.

Après la désintoxication et la gestion des symptômes de sevrage, un patient subit une psychothérapie qui vise à inverser les changements comportementaux et sociaux causés par la dépendance. Cela peut durer des années, mais fournit au toxicomane un système de soutien pour s’assurer à intervalles réguliers qu’il est toujours sur la bonne voie. La réhabilitation de l’héroïne sert de tremplin pour ramener la vie d’un toxicomane à la normale.

Les étapes du traitement de la dépendance à l’héroïne

Diagnostic – C’est la première et très importante étape du traitement. Le diagnostic vise à évaluer le degré de dépendance, l’état physique et psychique du patient, le degré des conséquences de la consommation des stupéfiants, le degré de motivation à la guérison, le niveau de l’autocritique vis-à-vis de son comportement, et la préservation des mécanismes de la volonté. Le plan du traitement est établi en fonction des résultats du diagnostic. La durée du traitement, le choix des méthodes de désintoxication, de correction psychologique, d’utilisation de bloqueurs et la rééducation sont également déterminés en fonction des résultats du diagnostic.

L’examen de diagnostic standard comprend :

  • Des tests de dépistage des hépatites B et C et du VIH
  • Une analyse générale du sang
  • Des tests biochimiques du sang (évaluer les fonctions hépatiques, rénales, pancréatiques)
  • ECG
  • L’examen par le médecin interniste

Si le diagnostic révèle des écarts significatifs dans les tests, la présence d’un facteur de risque ou la présence d’une maladie chronique associée, un médecin spécialiste est consulté, qui va prescrire des examens supplémentaires ainsi qu’un traitement approprié pour la maladie en question.  Des examens supplémentaires, tels qu’IRM, EEG, échographie, radiographie, endoscopie, analyse de la concentration de drogues et des médicaments, ou des consultations chez le cardiologue, neurologue, endocrinologue, infectiologue, etc. peuvent être effectuées soit dans notre clinique soit auprès de nos cliniques et laboratoires partenaires.

Désintoxication – L’anesthésie générale contribue à rendre la désintoxication plus rapide et indolore. Tous les symptômes de la crise de manque seront réduits de 90% ou auront complètement disparu dès la première thérapie. Pendant ce sommeil, le patient recevra par perfusion des vitamines, des acides aminés, des minéraux et d’autres substances, ainsi au réveil il ne ressentira pas les symptômes de manque tels que : douleurs, nervosités, agitations, tremblements, nausées. Le plus important est que le pire sera derrière lui.

  • UROD – La désintoxication ultra-rapide est une méthode moderne et extrêmement efficace qui vise à accélérer le processus de nettoyage du corps tout en réduisant les symptômes désagréables de la crise de manque. Elle est pratiquée lorsque le diagnostic établi indique qu’il n’existe aucune contre-indication à ce type de désintoxication. Au cours de la désintoxication ultra-rapide, le patient est sous anesthésie pendant 6 à 8 heures par jour, et on introduit progressivement les antagonistes des opiacés, généralement la naloxone ou la naltrexone. Le principe de la désintoxication ultra-rapide est que le patient passe la majeure partie des symptômes de la crise d’abstinence durant la phase de sommeil, lorsqu’il ne sent aucune douleur. Lorsqu’il se réveille, la partie la plus importante de la crise est déjà passée. Même si, après le réveil, quelques symptômes minimes de la crise persistent, leur intensité est considérablement réduite. Au cours du processus de désintoxication, le patient passe 2 ou 3 de ces procédures.
  • Traitement N.E.T. – Neuro jet est une méthode par laquelle des impulsions spécifiques stimulent les neurones du cerveau responsables de la sécrétion d’endorphines. Nos neurones produisent des opioïdes naturels qui représentent une protection naturelle contre les chocs, la douleur et le stress. Chez les personnes dépendantes, ce processus est perturbé et Neuro Jet, un petit appareil électronique régule la production de la dopamine et de l’endorphine. La stimulation est indolore et les seules sensations que le patient ressent sont des légers picottement et des vibrations. L’intensité et la fréquence des impulsions sont contrôlées par ordinateur.
  • La pharmacothérapie est l’un des éléments de la désintoxication qui élimine les symptômes de la crise de manque et qui offre une protection contre la douleur. Des psycho stabilisants, des hypnotiques et des antidépresseurs sont utilisés pour traiter la dysphorie, les troubles de l’humeur, la nervosité et l’insomnie. En raison du régime alimentaire souvent perturbé chez les personnes dépendantes, des ferments lactiques pour faciliter l’assimilation des aliments, des acides aminés et des vitamines sont introduits dans le traitement.
  • Traitement Transair Représente une procédure spécifique qui vise à harmoniser le fonctionnement des hémisphères cérébraux. Cela réduit la tension psychique de la personne dépendante, supprime la nervosité, les problèmes de dépression, normalise le sommeil, l’humeur, régule l’appétit et élimine le désir de la drogue.

Traitement de la dépendance psychique – Le traitement par l’information vise à éliminer le désir des narcotiques au niveau subconscient. Il implique que le patient soit en état de sommeil médical pendant quelques heures sous stimulation audio-visuelle. Il reçoit depuis un ordinateur, via des écouteurs et des lunettes spéciales, des signaux à haute fréquence. À l’état conscient, nous pouvons rencontrer un blocage mental, du type  « Je ne suis pas un toxicomane, je n’ai pas besoin de cela et cela ne m’aide pas ». Alors qu’en utilisant cette méthode, des informations sous forme d’images courtes et impressionnantes agissent au niveau du subconscient et améliorent la valeur et la qualité de la perception. Le résultat final est l’émergence de l’indifférence et la formation d’une attitude négative à l’égard des stupéfiants.

  • La psychothérapie individuelle – La psychothérapie individuelle implique le travail individuel d’un psychothérapeute avec un patient afin de fournir une aide et une assistance psychologique. La thérapie l’aide dans  différents problèmes de la vie, un état dépressif, un trouble de stress post-traumatique, de l’anxiété, un comportement addicte, un trouble de la personnalité, des traumatismes psychiques, de l’inconfort émotionnel et de la souffrance.
  • La thérapie familiale – est une méthode au cours de laquelle un psychothérapeute travaille avec toute la famille ou avec quelques uns de ses membres. La famille est considérée comme un système social unique fonctionnant selon ses lois spéciales. La thérapie familiale est une forme spéciale de conseil psychologique axé sur la résolution des problèmes dans les relations familiales, la résolution des conflits entre les conjoints, la recherche de l’harmonie. La dépendance est une maladie qui touche toute la famille et non seulement un individu, c’est pourquoi la clinique met l’accent sur le travail de la famille qui contribue au traitement.

La physiothérapie – Elle fait appel à une association de thérapie physique, thérapie médicale et des massages de tissus profonds qui apaisent et relaxent le corps. Le massage apaise et relaxe le corps et stimule la production et la régulation de la dopamine chez la personne dépendante, car son taux est réduit chez les consommateurs de drogues.

Le blocage pharmacologique – le traitement est complété par un blocage pharmacologique administré sous forme d’implant, généralement de naltrexone. Sous l’effet de la naltrexone, les récepteurs des opiacés du patient sont bloqués et la consommation de la drogue n’apporte pas le sentiment d’euphorie ou autres sentiments similaires, évitant ainsi une reprise des stupéfiants. Le traitement par la natrexone n’est administré qu’aux patients qui ont subi une désintoxication des opiacés. Nous conseillons à nos patients d’avoir une protection par l’implant durant au moins 12 mois après leur sortie de l’hôpital. Le prix de ce traitement comprend l’implant de natrexone qui agit pendant 2 mois ou deux injections à libération prolongée ayant effet pendant un mois.

Le traitement ambulatoire aide à maintenir les résultats obtenus et est effectué durant l’année qui suit. Lors des contrôles mensuels, l’état du patient est contrôlé et, si nécessaire, le traitement est corrigé. Le traitement ambulatoire d’une durée de 12 mois est inclus dans le prix du traitement.

Si nécessaire, nous proposons également le transport des patients de l’aéroport ou de la gare à l’hôpital, ainsi que le retour. Nous aidons les patients étrangers à obtenir le visa, s’ils en ont besoin. S’ils sont accompagnés, l’accompagnateur peut également séjourner dans notre hôpital.

Notre personnel médical est disponible pour les patients 24h sur 24 et sept jours sur sept. Nos médecins sont des anesthésistes, psychiatres et psychologues certifiés, ayant 10 à 25 ans d’expérience. Votre sécurité est notre priorité, ainsi l’établissement est sous vidéo surveillance et géré par des agents de sécurité.

Comment débuter un traitement contre l’addiction à l’héroïne ?

La dépendance à l’héroïne peut être dévastatrice. Non seulement cela peut être dangereux pour la santé, mais cela peut aussi détruire la vie d’un toxicomane et la vie de sa famille car tout s’effondre. Il est important de traiter cette addiction avant qu’elle n’aille trop loin. La réadaptation suite à une dépendance à l’héroïne est la bonne initiative à prendre. Pour commencer le voyage vers une vie pure et sans drogue, contactez des spécialistes du centre de traitement de la dépendance à l’héroïne. L’aide à la dépendance à l’héroïne est proche de vous.

Nous sommes là pour faciliter votre rétablissement de la dépendance à l’héroïne. Réservez une consultation en ligne gratuite pour savoir comment commencer >>>

Publié le janvier 18, 2021
par l’équipe de la clinique du Dr Vorobjev

Partager cet article:

Derniers articles du blog

Blocage des opiacés : implants pour la dépendance aux opiacés

Que sont les implants pour la dépendance aux opiacés et comment fonctionnent-ils ?Qu’est-ce que la thérapie de remplacement des opiacés

Sevrage et désintoxication du fentanyl

Effets secondaires possiblesSymptômes de sevrage du fentanylCombien de temps dure le sevrage du fentanyl ?Effets secondaires psychologiques du sevrage du

Traitement de la dépendance au Darvocet (Darvon)

Qu’est-ce que le Darvocet (Darvon) et pourquoi crée-t-il une dépendance ?Comment commence la dépendance au Darvocet et au Darvon ?Les

Call Now Button