Rendez-nous visite : Sremskih Boraca 2E, Beograd, Zemun - Serbie

Qu’est-ce qui distingue une personne dépendante d’une personne qui ne l’est pas ?

« Suis-je dépendant ? » est la question que se posent souvent les personnes qui ont des problèmes de drogue, d’alcool ou de jeu d’argent. Qu’est-ce qui distingue une personne dépendante d’une personne qui ne l’est pas ?

1. AUGMENTATION DE LA TOLÉRANCE

La personne peut supporter des quantités plus importantes de la substance. Le corps s’est adapté aux doses antérieures, et pour obtenir l’effet plus rapidement réclame des doses plus importantes ou plus fréquemment (la période entre deux prises est réduite).

2. DÉPENDANCE PSYCHIQUE

La personne désire et a besoin des effets de la substance, qu’elle ressent comme étant agréables et qui lui apporte du plaisir. Elle se „repose“ sur la substance pour régler les sentiments désagréables.

3. PERTE DU CONTRÔLE

La personne n’a aucun contrôle sur la substance. Elle ne peut pas arrêter de la prendre tant qu’elle n’a pas atteint sa „dose“. Ce phénomène est permanent, pour toute la vie. Des changements biochimiques dans le cerveau se produisent, qui ne permettent pas de revenir à l’état initial.

4. DÉPENDANCE PHYSIQUE

Le corps s’adapte à la substance, et ne peut plus fonctionner sans elle. Celle-ci devient une partie intégrante du corps.

4. SYNDROME D’ABSTINENCE

Réactions psychiques et physiques désagréables qui se produisent lorsque la consommation de la substance est interrompue ou lorsque la dose est réduite.

da li sam zavisnik grafikon

Qu’est-ce qui distingue une personne dépendante d’une personne qui ne l’est pas ?

1. AUGMENTATION DE LA TOLÉRANCE

La personne peut supporter des quantités plus importantes de la substance. Le corps s’est adapté aux doses antérieures, et pour obtenir l’effet plus rapidement elle consomme des doses plus importantes ou plus fréquemment (la période entre deux prises est réduite).

2. DÉPENDANCE PSYCHIQUE

La personne désire et a besoin des effets de la substance, qu’elle ressent comme étant agréables et qui lui apportent du plaisir. Elle se „repose“ sur la substance pour régler les sentiments désagréables.

3. PERTE DU CONTRÔLE

La personne n’a aucun contrôle sur la substance. Elle ne peut pas arrêter de la prendre tant qu’elle n’a pas atteint sa „dose“. Ce phénomène est permanent, pour toute la vie. Des changements biochimiques dans le cerveau se produisent, qui ne permettent pas de revenir à l’état initial.

4. DÉPENDANCE PHYSIQUE

Le corps s’adapte à la substance, et ne peut plus fonctionner sans elle. Celle-ci devient une partie intégrante du corps.

5. SYNDROME D’ABSTINENCE

Réactions psychiques et physiques désagréables qui se produisent lorsque la consommation de la substance est interrompue ou lorsque la dose est réduite.

Nier le problème aggrave la maladie !

NÉGATION

Les personnes qui consomment de la drogue ou de l’alcool réagissent différemment aux crises et aux problèmes. Certaines pensent que ce n’est pas un problème car elles peuvent arrêter ou pensent qu’elles arrivent à „garder le contrôle“. D’autres admettent qu’elles ont un problème, mais ne „blâment“ pas la drogue ou l’alcool pour cela. Dans tous les cas, apparaît une certaine forme de non-reconnaissance de la vérité ou une dissimulation des causes, ce qui revient essentiellement à nier le problème. Le schéma de déni ainsi établi permet de continuer, et les problèmes, s’accumulent, inévitablement.

MINIMISATION

Le problème est minimisé, il n’est pas accepté sous la forme sous laquelle il existe (l’étendue, l’ampleur du problème, etc.).

RATIONALISATION

La rationalisation est la stratégie qui consiste à justifier les comportements interdits. La personne dépendante justifie sa consommation de la drogue par divers événements de la vie quotidienne (incompréhension de la famille, disputes, conflits).

PROJECTION

Une interprétation différente des événements réels afin de justifier son comportement. Par exemple : le problème n’est pas qu’il rentre „parfois“ ivre à la maison, mais le problème vient de sa femme qui ne sait pas se comporter et qui provoque une dispute.

COMPARAISON SOCIALE

Comparer son problème avec les problèmes des autres qui sont „plus graves“. Tout cela pour justifier et minimiser son propre problème.

negiranje problema sa zavišnošću

Les idées reçues sur les substances psychoactives

  1.  Une consommation de drogues périodique et „récréative“ est possible
  2.  Je ne prendrais plus qu’une dose
  3.  Je peux contrôler ma consommation de drogue parce que je fais des pauses
  4.  Les toxicomanes sont des sans-abri
  5.  Les personnes dépendantes sont celles qui sont constamment ivres ou „défoncées“ ou qui jouent tout le temps
  6.  Les personnes dépendantes ont des problèmes terribles lorsqu’elles arrêtent leur consommation
  7.  Les personnes dépendantes ne sont que celles qui consomment les „drogues dures“
  8.  Les toxicomanes sont uniquement ceux qui prennent des drogues par voie intraveineuse
  9.  La plupart des personnes dépendantes sont au chômage
  10.  La marijuana n’est pas une drogue
  11.  Les drogues résolvent les problèmes psychiques

Derniers articles du blog

Blocage des opiacés : implants pour la dépendance aux opiacés

Que sont les implants pour la dépendance aux opiacés et comment fonctionnent-ils ?Qu’est-ce que la thérapie de remplacement des opiacés

Sevrage et désintoxication du fentanyl

Effets secondaires possiblesSymptômes de sevrage du fentanylCombien de temps dure le sevrage du fentanyl ?Effets secondaires psychologiques du sevrage du

Traitement de la dépendance au Darvocet (Darvon)

Qu’est-ce que le Darvocet (Darvon) et pourquoi crée-t-il une dépendance ?Comment commence la dépendance au Darvocet et au Darvon ?Les

Call Now Button