Rendez-nous visite : Sremskih Boraca 2E, Beograd, Zemun - Serbie
razmak dr vorobjev

  janvier 26, 2022

La cocaïne est une drogue qui crée une illusion de puissance accrue chez les consommateurs et les fait se sentir plus forts, plus intelligents et plus sûrs, ce qui leur offre la sensation de ne pas ressentir d’obstacles ou quelque chose qui pourrait freiner leurs intentions. Par exemple, un homme sous cocaïne est capable de boire plus et ressent une plus grande puissance sexuelle. C’est pourquoi certains hommes reniflent quelques lignes lorsqu’ils sortent avec leurs amis. Cependant, le problème se pose lorsque la consommation occasionnelle de cocaïne se transforme en années de dépendance, ce qui peut également entraîner l’impuissance et causer de graves problèmes de santé.

Quelle que soit la forme de cocaïne utilisée, la drogue crée une forte dépendance. Vous pouvez devenir toxicomane après une seule dose. Il peut être difficile de mettre fin à la dépendance à la cocaïne, mais il est tout à fait possible de le faire et de reprendre une vie normale. Des programmes de traitement de la dépendance à la cocaïne et au crack existent, et ils sont spécifiquement conçus pour rendre l’arrêt de la drogue aussi confortable que possible. C’est de cela que nous allons parler.

Quels sont les symptômes de la dépendance à la cocaïne et du sevrage à la cocaïne ?

La cocaïne est en quelque sorte unique : elle entraîne plus de dépendance psychologique que de dépendance physique. Cela signifie qu’il n’y aura aucun symptôme physique une fois la cocaïne arrêtée, et au lieu de cela, les symptômes sont davantage liés à l’état mental et aux émotions. Dès la première consommation, la cocaïne provoque des changements tels que l’augmentation de la tolérance à la substance et une réactivité accrue. La cocaïne perd rapidement ses effets, mais une fois essayée, elle crée un fort désir de ressentir ses effets le plus longtemps possible.

Cependant, les doses suivantes ne provoquent pas les effets escomptés et la cocaïne perd rapidement ses effets. On perd le contrôle de son propre comportement, dépense d’énormes sommes d’argent et atteint lentement la destruction physique et psychologique. Alors qu’il entre en état de frénésie, l’homme favorise sa chute et atteint une espèce de gueule de bois liée à la cocaïne.Ensuite, son corps et son esprit cherchent le repos, mais l’équilibre perturbé de son corps l’empêche de dormir.

De ce fait,cette addiction crée une grande fatigue psychique et physique, de la nervosité, une perte de concentration, tout cela étant associé à une menace, à une situation dangereuse et au sentiment que quelque chose de terrible va se passer.

Les phases ultérieures sont caractérisées par des idées follement paranoïaques. Les gens vérifient les salles, regardent par la fenêtre de peur que la police les arrête, verrouillent la porte et recherchent des caméras et des microphones car ils sont convaincus que quelqu’un les écoute.

Cette période de paranoïa est suivie par la dépression, l’apathie et le sentiment d’absence de sens. La nourriture devient insipide et la socialisation avec des amis est éprouvante, la performance au travail diminue et les passe-temps sont négligés car le désir et l’énergie pour toutes les activités sont perdus.

La cocaïne devient la seule substance qui rend l’homme heureux et sa seule motivation pour sortir avec des amis et en consommer à nouveau. Cependant, 2-3 jours après la disparition des effets de la cocaïne, la situation est d’autant plus difficile qu’auparavant. Chez les toxicomanes qui ne prennent pas de cocaïne pendant ce laps de temps, ou qui tentent d’arrêter définitivement, des symptômes de sevrage apparaîtront.

Il existe trois phases de sevrage de la cocaïne, chacune présentant un ensemble différent de symptômes. La première phase est le crash, suivi du sevrage, puis de l’extinction. L’accident survient peu de temps après que les effets immédiats de la cocaïne se sont dissipés. Le sevrage suit cela et dure jusqu’à 10 semaines. Ensuite, il y a l’extinction, et cela peut continuer pendant un laps de temps indéfini. Les symptômes de ces phases sont indiqués dans le tableau ci-dessous:

 

Crash Sevrage Extinction
Symptômes du sevrage
  • Sentiment de malaise (dysphorie)
  • Anxiété
  • Irritabilité
  • Fatigue
  • Augmentation du désir de dormir
  • Augmentation de l’appétit
  • Diminution du désir de cocaïne
  • Augmentation du désir de cocaïne
  • Irritabilité
  • Léthargie
  • Envies intermittentes, principalement dépendantes de stimuli externes

Demandez une consultation en ligne gratuite pour apprendre à gérer ces symptômes chez vous ou chez un proche >>>

Qu’est ce qu’un cycle de Cocaïne?

Voici à quoi ressemble un cycle de cocaïne : 1-2 jours d’utilisation continue suivis d’une phase de crash, avant qu’une envie de consommation très forte ne survienne, puis une dépression et enfin un retour à la cocaïne. Avec le temps, les conséquences s’aggravent, des problèmes médicaux, sociaux et financiers surgissent et la paranoïa, l’insomnie et la nervosité deviennent permanentes.

Finalement, un homme voit que l’usage de la cocaïne entrave la vie normale, mais il n’arrive toujours pas à arrêter la cocaïne en y retourne continuellement.

Qu’est-ce que l’addiction à la Cocaïne Addiction & pourquoi la Cocaïne est-elle addictive?

Certaines drogues récréatives produisent de l’euphorie et, pour ce faire, elles trouvent un moyen de libérer certains produits chimiques dans le cerveau en plus grandes quantités. Ces substances chimiques, appelés neurotransmetteurs, sont différentes et ont une variété de fonctions diverses dans le cerveau. Cependant, certaines d’entre elles, comme la sérotonine et la dopamine, sont responsables de la sensation de plaisir, d’un niveau d’énergie suffisant pour la journée et permettent également d’éviter de se sentir déprimé. La plupart des drogues augmentent la quantité de ces neurotransmetteurs en action, et elles sont capables de décupler la sensation de plaisir, ce qu’est l’euphorie.

Un billet d'un dollar enroulé est utilisé par un toxicomane pour sniffer des lignes de cocaïne.

Quelle que soit la voie par laquelle la cocaïne est administrée, elle pénètre la circulation sanguine et atteint le cerveau. La cocaïne a une fonction importante : elle provoque l’accumulation de dopamine. Normalement, lorsque le corps réalise que la dopamine agissant sur les récepteurs est trop élevée, elle permet à une partie de celle-ci d’être réabsorbée de sorte qu’elle ait moins d’impact. La cocaïne empêche l’excès de dopamine d’être évacuée par l’organisme. Cela est dû à cette accumulation de dopamine dans une partie du cerveau connue sous le nom de système limbique qui provoque l’euphorie caractéristique.

Grâce à la cocaïne, la personne désire ressentir l’euphorie encore et encore, et commence à ces envies de drogue pourront commencer à interférer avec ses activités quotidiennes. Son corps commence également à être moins sensible à la drogue – un phénomène connu sous le nom de tolérance, et elle doit donc en utiliser de plus en plus pour obtenir le même effet. Ce besoin de continuer à consommer la drogue peut la détruire socialement, financièrement et psychologiquement. À ce stade, une fois que les envies sont persistantes et difficiles à combattre, et qu’il y a un certain effet sur la vie quotidienne de la personne, on peut dire qu’elle est dépendante. Ce désir d’euphorie, en plus de l’augmentation du niveau d’une substance dans le cerveau appelée Protein FosB, conduit à la dépendance.

L’Histoire de la Cocaïne

Contrairement à de nombreuses drogues illicites, bien qu’elle ait des usages médicaux, la cocaïne n’a pas d’abord été un traitement médical qui a finalement été abusé. Les aspects récréatifs de la cocaïne étaient connus avant qu’elle soit envisagée plus tard à des fins médicales.

La cocaïne est dérivée de la feuille de coca, et depuis plus de mille ans aujourd’hui, les autochtones mâchent la feuille pour le plaisir et l’énergie. Ces effets stimulants ont rendu la plante de coca appréciée parmi ces communautés.

Ce n’est que dans les années 1800 que l’alcaloïde, la cocaïne, a finalement été isolé de la plante. Ainsi, la cocaïne purifiée a été utilisée dans des scénarios médicaux pour atténuer la douleur. Bien qu’elle ait persisté comme moyen d’anesthésie utilisé en milieu clinique, très peu de temps après, la cocaïne est devenue une drogue récréative. En raison de sa nature hautement addictive, il est rapidement devenu illégal. Quoi qu’il en soit, cette substance a persisté jusqu’à présent.

Pire encore, la popularisation du crack est survenue, la forme la plus addictive de cocaïne. C’est une forme moins chère de cocaïne : beaucoup de gens en sont devenus dépendants en raison de son accessibilité. Le crack a tendance à être fumé, et cette méthode d’utilisation de la drogue présente des risques pour la santé qui seront décrits ci-dessous.

Faits à propos de la cocaïne:

  • Le célèbre médecin Sigmund Freud a traité son ami qui était dépendant à la morphine en utilisant de la cocaïne, mais les résultats du traitement ont été dévastateurs. À la fin, il est devenu accro, a fait une dépression nerveuse et s’est suicidé.
  • La cocaïne vendue en Europe peut également contenir de l’amphétamine, de l’éphédrine, de la strychnine, de la lidocaïne et de la méphédrone. Parfois, elle contient de la poudre de lampes fluorescentes au mercure.
  • Parfois, les trafiquants de drogue conseillent de remplacer la marijuana, l’alcool, les benzodiazépines et d’autres sédatifs par la cocaïne. Apparemment, cela réduira l’anxiété et améliorera le sommeil, et le «meilleur» choix pour remplacer la cocaïne est l’héroïne. Malheureusement, certains fournisseurs le proposent «à prix réduit». C’est l’une des façons dont les gens deviennent dépendants à l’héroïne.

Quelles sont les conséquences de la consommation de  Cocaïne?

La cocaïne est utilisée principalement pour son effet euphorique. Cependant, lorsqu’elle est utilisée, d’autres effets résultent de son action sur le cerveau. Certains de ces effets sont à court terme, tandis que d’autres sont à long terme.

La consommation constante de cocaïne cause des symptômes très désagréables, par exemple, nervosité, irritabilité, sautes d’humeur, insomnie, paranoïa, idées folles d’être harcelé, hallucinations et déficience auditive. Il existe des complications médicales graves, le plus souvent des problèmes cardiaques (arythmies et infarctus du myocarde), des problèmes respiratoires (douleurs thoraciques, insuffisance respiratoire), des problèmes neurologiques (accident vasculaire cérébral, maux de tête) et des problèmes d’estomac (maux d’estomac, nausées). En plus de ces problèmes, des troubles du comportement, des envies accrues de mouvement et de parole, une incapacité à s’asseoir, une sensibilité accrue au bruit, un état de confusion, une fatigue mentale rapide et une impuissance surviennent.

La consommation fréquente de cocaïne entraîne des maladies cardiaques. Elle provoque principalement une modification du rythme cardiaque, une respiration rapide, une pression artérielle élevée et une température corporelle élevée. Il existe des symptômes physiques tels que des douleurs thoraciques, des nausées, une vision trouble, de la fièvre, des crampes et un coma. Les toxicomanes ont l’habitude de combiner la cocaïne avec d’autres substances psychoactives pour réduire son effet stimulant, le plus souvent avec de l’alcool.

Ces deux substances modifient l’état de conscience et la capacité de raisonner et le temps de réaction, et par conséquent, il ne faut pas conduire dans de telles conditions, car cela peut être extrêmement dangereux. Des études montrent que la combinaison de la cocaïne et de l’alcool conduit à la formation de cocaéthylène et ses effets sont plus longs et plus toxiques que ceux de chacune de ces substances psychoactives séparément. Il est important de savoir qu’un mélange de cocaïne et d’alcool peut entraîner la mort.

Un toxicomane en convalescence dit non à un trafiquant qui veut profiter de ses envies de cocaïne.

La combinaison de cocaïne et d’héroïne est appelée speedball, et le rôle de l’héroïne est de réduire les symptômes désagréables résultant de la consommation de cocaïne. Le speedball est très dangereux car il peut entraîner un arrêt cardiaque ou respiratoire.

Il existe différentes manières de consommer de la cocaïne, mais toutes ont des conséquences négatives. Sniffer entraîne une perte de l’odorat, des saignements de nez, des difficultés à avaler, des maux de gorge, une irritation de la muqueuse nasale, et tout cela peut provoquer une inflammation chronique de la muqueuse nasale.

Si la cocaïne est prise par voie orale, une gangrène intestinale peut survenir accompagnée d’une diminution du flux sanguin.

Des allergies à la cocaïne, ainsi qu’à divers mélanges qu’elle contient, peuvent également se développer. Parfois, cela peut entraîner la mort. De plus, la cocaïne réduit l’appétit, ce qui entraîne une perte de poids.

Effets à court terme de la Consommation de Cocaïne 

Les effets à court terme de la cocaïne se manifestent presque dès que la drogue est consommée. Ils durent quelques minutes dans la plupart des cas, mais peuvent durer jusqu’à une heure. Certains de ces effets peuvent être psychologiques ou mentaux, tandis que d’autres sont des changements physiologiques ou physiques du corps. Les effets à court terme de la cocaïne sont décrits dans le tableau ci-dessous :

Psychologique Physique
  • Euphorie
  • Sentiment d’énergie accrue
  • Sentiment de vigilance
  • Augmentation de la sensibilité aux stimuli, tels que le son, le toucher et la vue
  • Appétit réduit
  • Diminution du désir de dormir
  • Loquacité
  • Augmentation de la température corporelle
  • Augmentation de la fréquence cardiaque (tachycardie)
  • Augmentation de la pression artérielle (hypertension)
  • Pupilles dilatées

 

Effets à long terme de la Consommation de Cocaïne

Lorsqu’un toxicomane consomme continuellement de la cocaïne pendant une longue période, il y a des changements cérébraux et d’autres effets qui se développent à la suite de l’abus de drogues.

Les effets de la cocaïne sur le cerveau peuvent être assez significatifs. Les récepteurs d’un neurotransmetteur appelé glutamate, et la quantité de celui-ci libéré, subissent des changements importants chez les personnes qui consomment de la cocaïne depuis longtemps. On pense que ces changements sont liés aux propriétés addictives de la drogue.

On pense également qu’il y a des changements dans la partie du cerveau responsable de la prise de décision. Cela peut expliquer leur faible perspicacité et leur difficulté à s’adapter aux effets sociaux négatifs que la drogue peut avoir dans leur vie.

Le cerveau subit également des changements dans sa façon de gérer le stress. Ces voies deviennent plus sensibles, ce qui rend le patient irritable et produit des humeurs très désagréables lorsque la substance n’a pas été prise.

La tolérance, la nécessité de doses plus élevées ou de consommation plus fréquente de cocaïne pour atteindre le même niveau de plaisir que précédemment, est aussi une conséquence de l’abus à long terme.

Contactez notre équipe médicale pour savoir comment obtenir de l’aide en cas de dépendance à la cocaïne >>>

Quels sont les effets indésirables de la consommation de cocaïne?

Contrairement aux effets classiques de la consommation de cocaïne, ses effets indésirables ne se produiront pas chez toutes les personnes qui utilisent cette drogue. Cependant, certains d’entre eux peuvent être très dangereux pour la santé de la personne toxicomane. Certains effets indésirables sont relatifs à la voie par laquelle le toxicomane a ingéré la substance. Comme par exemple, la difficulté à respirer chez les patients qui fument du crack. Les effets néfastes de la consommation de cocaïne peuvent être aigus ou chroniques.

Les effets indésirables aigus de la consommation de cocaïne sont les suivants:

  • Hallucinations
  • Délires paranoïdes
  • Sensation d’insectes rampant sur la peau
  • Augmentation anormale de la température corporelle (hyperthermie)
  • Augmentation significative de la pression artérielle
  • Rythme cardiaque irrégulier (arythmie)
  • Crises d’épilepsie
  • Arrêt cardiaque

Les effets indésirables chroniques de la consommation de cocaïne sont les suivants, en fonction du système corporel concerné : 

1. Respiratoire (en particulier pour les patients qui fument de la cocaïne):

  • Difficulté à respirer (dyspnée)
  • Douleur thoracique
  • Crachats de sang (hémoptysie)
  • Contraction de la trachée (bronchospasme)
  • Enrouement de la voix
  • Déviation et dégénérescence septale nasale

2. Cardiovasculaire:

  • Contraction de vaisseaux sanguins 
  • Risque accru de formation de caillots sanguins dans le sang (thrombose)
  • Crise cardiaque

3. Digestif:

  • Resserrement involontaire des dents (bruxisme), qui peut dégrader l’émail et provoquer des caries dentaires et une gingivite
  • Bouche sèche (xérostomie)
  • Nausée
  • Douleur abdominale

4. Nerveux:

  • Dépression
  • Idées suicidaires
  • Insomnie ou hypersomnie
  • Cauchemards
  • Crises d’épilepsie
  • Accident cérébral

5. Système immunitaire :

  • La cocaïne peut augmenter le risque de plusieurs maladies auto-immunes, telles que le lupus, la glomérulonéphrite, le syndrome de Stevens-Johnson, etc.

Traitement de l’Addiction à la Cocaïne

La compensation biochimique est le cœur du traitement et pendant cette phase, les déficits et déséquilibres biochimiques et neurochimiques dans le corps et le cerveau résultant de la consommation de cocaïne sont compensés. La psychothérapie et la pharmacothérapie sont également des parties essentielles du traitement, tout comme le régime alimentaire spécial qui est introduit après des tests de laboratoire exhaustifs.

Pendant la période de traitement, nous encourageons les membres de la famille à se joindre au programme et à soutenir le toxicomane.

Lorsque la dépendance frappe une famille, elle perturbe toujours les relations qui la composent et entraîne des changements dans le fonctionnement, c’est pourquoi nous encourageons la famille à s’engager dans un traitement car son succès dépend en grande partie du soutien familial.

Les phases du traitement de l’Addiction à la Cocaïne 

  1. Diagnostics – la phase initiale et significative du traitement au cours de laquelle l’état physique et psychologique du patient est évalué. L’examen diagnostique standard pour l’évaluation de l’état physique comprend un test d’urine, des tests d’hépatite B et C, une infection par le VIH, une analyse sanguine générale, des tests sanguins biochimiques, un ECG et un examen interne. L’examen diagnostique standard pour évaluer l’état psychologique implique un psychodiagnostic (des tests psychologiques sont utilisés pour déterminer le niveau de dépendance, les conséquences de l’usage de substances sur la santé mentale, pour détecter les signes de troubles psychologiques, la présence de dépression, le degré de motivation pour la guérison). Après avoir posé le diagnostic, l’équipe de médecins examine les résultats et élabore une stratégie de traitement et une feuille de soins. S’il existe des facteurs de risque ou une maladie chronique, des tests supplémentaires sont effectués et un traitement est prescrit.
  2. Le début du traitement correspond au traitement par perfusion et au dispositif Neuro-Jet. L’ infusion se compose de multivitamines, de minéraux et de complexes d’acides aminés, qui stimulent le métabolisme, améliorent l’appétit et rétablissent lentement l’énergie chez le toxicomane nécessaire pour poursuivre le traitement. Le dispositif Neuro-Jet permet l’émission d’ondes électriques totalement indolores, régulant la production d’endorphine et de dopamine, et éliminant les symptômes de crise.
  3. Traitement de la dépendance psychologique – Utilisation de procédures aversives, pharmaco hypnose, Prometa, psychothérapie, ibogaine selon l’évaluation du médecin.
  4. Psychothérapie – Ces méthodes sont utilisées pour traiter la dépendance psychologique et aider le patient à construire un mécanisme de défense contre la cocaïne et le désir de la consommer. Elle se fait principalement individuellement et, si nécessaire, en groupe.
  5. La thérapie aversive aide a créé une aversion physique pour la drogue.
  6. La physiothérapie, qui donne d’excellents résultats, est disponible pour les patients pendant toute la durée du traitement. Il est nécessaire de restaurer le corps pour pouvoir passer par de nombreuses procédures nécessaires à sa récupération. La physiothérapie aide à soulager le stress et accélère les effets du traitement.
  7. Après tous les traitements, l’état du patient et les progrès réalisés pendant le traitement sont évalués, et l’état avant et après le séjour à l’hôpital est analysé.
  8. Le traitement ambulatoire implique des suivis mensuels qui sont inclus dans le programme de traitement pendant un an, et pendant cette période, les médecins analysent l’état du patient et, si nécessaire, adaptent le traitement. Les patients peuvent poser toutes leurs questions et partager leur opinion avec le médecin. Si les patients sont à l’extérieur du pays et ne peuvent pas se rendre à un suivi régulier, il est possible d’être contacté par appel vidéo, par téléphone ou par courrier.

Conclusion

La dépendance à la cocaïne n’est pas inconfortable en raison de symptômes physiques, mais psychologiques. Ceux-ci peuvent causer chez le patient un malaise très intense, voire des situations dangereuses à certains moments en raison de leur irritabilité et des changements de comportement lors du sevrage.

La dépendance à la cocaïne peut être difficile à gérer soi-même, et il est donc essentiel de trouver un programme de traitement de la dépendance à la cocaïne pour obtenir une aide adéquate. Avec les bons cliniciens, les bonnes initiatives peuvent être prises pour vous aider à vous débarrasser de votre dépendance et à remettre votre vie sur la bonne voie.

Contactez-nous pour en savoir plus sur le programme de traitement qui vous aiderait, vous ou votre proche, à surmonter la dépendance à la cocaïne >>>

Questions fréquentes à propos de l’addiction à la Cocaïne 

Quelle est la différence entre la Cocaïne Crack et la Cocaïne?

Le crack est une forme solide ou cristallisée de cocaïne. Il est fumé plutôt que reniflé.

Quelles sont les formes sous lesquelles la cocaïne peut être abusée?

La cocaïne peut être sniffée sous forme de poudre, frottée dans les gencives de la bouche, dissoute et injectée ou fumée sous forme de crack.

Est-il possible de faire une overdose de cocaïne?

Oui, tout à fait. Une surdose de cocaïne peut entraîner la mort. Si vous observez l’un des signes suivants d’une surdose de cocaïne, une aide d’urgence immédiate est nécessaire:

  • Crises d’épilepsies
  • Hallucinations
  • Agitation extrême
  • Tremblements
  • Difficulté à respirer

Comment puis-je me rendre à la clinique et bénéficier de ce traitement ?

En cas de besoin, nous proposons le transfert des patients entre l’aéroport ou la gare et l’hôpital. Nous aidons les patients étrangers à recevoir un visa s’ils en ont besoin, et s’ils ont une personne qui les accompagne, ils peuvent également rester à l’hôpital pour bénéficier de tous les services dont ils ont besoin.

Le personnel professionnel est à la disposition des patients 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Nos médecins sont des anesthésistes, des psychiatres et des psychologues certifiés, présentant 10 à 25 ans d’expérience. Votre sûreté et sécurité est notre priorité, l’installation est sous surveillance vidéo, avec un gardien sécurité.

Publié le janvier 26, 2022
par l’équipe de la clinique du Dr Vorobjev

Partager cet article:

Derniers articles du blog

razmak dr vorobjev

Blocage des opiacés : implants pour la dépendance aux opiacés

Que sont les implants pour la dépendance aux opiacés et comment fonctionnent-ils ?Qu’est-ce que la thérapie de remplacement des opiacés

Sevrage et désintoxication du fentanyl

Effets secondaires possiblesSymptômes de sevrage du fentanylCombien de temps dure le sevrage du fentanyl ?Effets secondaires psychologiques du sevrage du

Call Now Button